10 ans pour le Comité

dix.ans.comiteQuelque part, nous aurions aimé voir le Comité pour la Modernisation de l’Hôtellerie et du Tourisme Français se dissoudre après quelques courtes années, avec le sentiment d’une mission accomplie et d’un travail achevé.

Hélas ! La modernisation de l’offre et des méthodes de travail de l’hôtellerie et du tourisme est loin, très loin d’être terminée.

A-t-elle d’ailleurs seulement commencé ? C’est un débat qu’il serait intéressant de traiter un jour.

« Credo quia absurdum » (*)

Il est probable que l’idée de se créer en 2006 (entamée dès 2005) a été basée sur une utopie ou sur un rêve naïf. Celui de pouvoir faire prendre conscience des lacunes et des difficultés dont souffre le secteur hôtelier (au départ, avant de s’élargir au tourisme) et de ses besoins immédiats pour s’adapter au marché et à son évolution.

Celui également d’aider les professionnels — et pas seulement ceux en soucis économiques — à s’améliorer et à mieux correspondre aux attentes de leurs clients, pour trouver leur nécessaire rentabilité.

Nous avions cette présomption et ce postulat. Naïvement, encore une fois.

Car c’était oublier combien la résistance au changement est complexe et puissante. C’était omettre que les intérêts particuliers sont souvent plus forts que ceux pour le bien commun. C’était ignorer que les hommes et les femmes politiques (qui légifèrent et qui décrètent) ne s’intéressent pas au tourisme et le regardent avec condescendance. C’était négliger, enfin, le fait qu’une majorité veut le changement mais que personne ne veut changer.

En somme, si nous ne pouvons à aucun moment prétendre que nous aurions réussi quelque prouesse que ce soit dans la vocation que nous nous sommes donnée — à part peut-être faire parler de modernisation, mais juste en parler —, nous avons la certitude d’avoir agi pour le bien général : les professionnels du tourisme et leurs clients, mais aussi le tourisme français.

Peu importe les résultats puisque personne ne peut les calculer.

Le Comité, c’est (notamment) :

une centaine de rencontres d’élus nationaux (députés, sénateurs) et de présidents de Conseils régionaux et départementaux,

des entrevues avec presque tous les ministres en charge du tourisme depuis notre création et d’autres ministères,

– la publication en accès gratuit de plusieurs dizaines d’études et de dossiers pratiques profitables aux professionnels de l’hôtellerie et aux collectivités,

une centaine de conférences offertes avec pour thèmes (par exemple) la modernisation du tourisme, les attentes des voyageurs ou encore la problématique de l’hôtellerie,

plus de 450 articles et points de vue sur notre blog, toujours constructifs mais sans complaisance sur ce qui nous semble juste et injuste dans les décisions législatives prises sur le secteur, pour dénoncer la désinformation ou encore pour signaler les agissements frauduleux de quelques opérateurs sans scrupule,

– la publication de deux Livres Blancs de la Modernisation Hôtelière et Touristique (en 2007 et en 2011). Le tout gratuitement puisque le Comité œuvre bénévolement et ne vend absolument rien, sans aucune récompense sinon la satisfaction de fournir un travail utile.

Alors si nous ne sommes pas sûrs que l’action du Comité pour la Modernisation de l’Hôtellerie et du Tourisme Français a porté ses fruits comme nous l’aurions souhaité, nous avons tout de même à cœur de fêter nos 10 ans. C’est le moindre de nos récompenses. mark.watkins20142

Mark Watkins Président-fondateur du Comité

(*) j’y crois parce que c’est absurde